TapageTapage_logo

Venez lire la deuxième édition de ce magazine PAR et POUR les jeunes!

TAPAGE est un magazine surprenant comme ses journalistes âgés de 12 à 20 ans qui choisissent les sujets, réalisent les entrevues et écrivent les articles.

http://tapage.ca/ 

 

Questionnaire sur le décrochage scolaire

Tu es confronté au décrochage scolaire ou tu as des idées pour soutenir ta réussite et celle de tes amis? On a besoin de toi pour mieux connaître les besoins des jeunes dans ta région!

Je veux donner mon avis sur le décrochage!

 

Écho de la voix des jeunes

La Coalition Interjeunes dépose aujourd’hui un compte-rendu à l’image des jeunes qui fréquentent les 320 organismes communautaires autonomes jeunesse : riche de diversité, d’idées et de volonté pour transformer la société et en faire un monde meilleur pour tous les jeunes du Québec. Souhaitant mettre en valeur la parole des jeunes, ce compte-rendu est une synthèse des échanges des jeunes lors de la Consultation jeunesse d’Interjeunes tenue le 7 octobre dernier à Québec.

Afin de concevoir une Politique jeunesse à l’image de leur réalité et de celle de tous les jeunes du Québec, plus de 60 jeunes, vivant des réalités très distinctes, ont échangé et discuté sur des thèmes qui les touchent. Les jeunes participants des cinq regroupements membres de la Coalition Interjeunes se sont exprimés tout au long de la journée sur les quatre axes du document de la consultation gouvernementale « Ensemble pour les générations futures » : les saines habitudes de vie, un milieu favorable à la persévérance et la réussite scolaires, des jeunes prêts pour le travail, une économie prête à les accueillir et une citoyenneté active et plurielle. Au travers de leurs échanges, ils ont aussi suggéré différentes pistes de solutions au gouvernement.

La jeunesse est une période de la vie stimulante qui comporte de nombreux défis et les jeunes en sont pleinement conscients. Au cours de la journée, ils ont exprimé leurs préoccupations sur les diagnostics en santé mentale et comment on prescrit essentiellement des médicaments sans donner accès à des services ainsi qu’à de l’accompagnement. Les jeunes ont partagé des préoccupations en regard de l’hypersexualisation, du sexisme et de la lutte à l’intimidation. Ils constatent qu’il est difficile pour certains d’entre eux de compléter leur secondaire 5, alors que cela demeure une clé pour l’obtention de n’importe quel emploi. Ils soulignent le manque de services dans les écoles, notamment en ce qui concerne l’accessibilité à des travailleurs sociaux et à des conseillers en orientation. De plus, les jeunes ont nommé l’importance que les employeurs leur « donnent leur première chance » et reconnaissent leur potentiel.

En fin de journée, réunis autour d’une grande table, les jeunes ont parlé de l’importance de la participation citoyenne et de faire entendre leurs préoccupations et leur réalité dans la société. Ils ont ainsi tenu la rencontre inaugurale d’un premier « ministère de la jeunesse » au Québec.

La Coalition Interjeunes s’est donné le mandat d’être porteur de leurs voix en rédigeant ce compte-rendu, rapportant le plus fidèlement possible leurs paroles. Nous espérons que la richesse de leurs propos et la conviction avec laquelle ils ont donné leur avis apparaîtront à la lecture de ces pages.

Pour accéder au document complet: Consultation jeunesse 2015-Echo de la voix des jeunes-finale

 

Les jeunes veulent contribuer l’élaboration de la future politique québécoise de la jeunesse

Québec,  7 octobre 2015 –  À l’instar de la Consultation Interjeunes, dans la foulée des travaux entourant le renouvellement de la Politique québécoise jeunesse, le Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage (ROCLD) tient à rapporter publiquement les propos tenus par une soixantaine de jeunes qui ont exprimé leurs propositions sur la thématique de l’éducation au Québec.

Bien que pour certains le terme « persévérance scolaire » rime avec « montagnes russes », pour d’autres ce sont les mots « effort » et « constance » qui leur viennent spontanément en tête. De manière unanime les jeunes ont affirmé que l’école leur sert à apprendre des autres, à avoir des échanges et à se forger à travers toute sorte de situations avec une riche diversité de personnes.

Les propos de ces jeunes Lavallois, Longueuillois, Québécois et Nord-Côtiers convergeaient tous vers le désir d’être reconnus et d’être pris en considération. Ils ont clairement nommé la question du temps comme besoin dans leur accompagnement.

Ce qu’il faut, « des ressources disponibles dans différents milieux, à l’école et dans la communauté »

Les jeunes sont unanimes, ils ont exprimé le besoin d’être écouté. Alors que plusieurs ne demandent qu’une oreille attentive pour briser l’isolement, les soutenir dans une situation difficile personnelle, scolaire, familiale,  d’autres ajoutent qu’il y a peu d’espaces et de ressources à l’école et en plus, « on coupe dans les organismes communautaires dont on a besoin. Les portes se ferment devant nous».  Trop souvent mis à l’écart par plusieurs professionnels et professeurs dans le système scolaire, par manque de temps ou encore de reconnaissance en tant qu’individu, au-delà des notes et des difficultés scolaires. Les jeunes ont clairement nommé la nécessité d’être considérés pour ce qu’ils sont.

Le fait de ressentir de la pression pour obtenir de bons résultats scolaires, de même que pour définir rapidement leurs aspirations professionnelles seraient des causes de leur décrochage scolaire. « Le rythme de l’école est trop rapide, j’avais de la difficulté à comprendre, mais si on m’avait accordé plus de temps pour réussir mes matières, j’aurais pas décroché. En fait, l’école n’avait plus le temps pour moi. Ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient plus rien pour moi.»

Écho gouvernemental

Le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, était présent comme observateur à cette prise de parole des jeunes. « Les jeunes gardent encore l’espoir. Ils donnent leurs opinions et s’expriment pour que les choses s’améliorent. » Le porte-parole de l’opposition officielle pour la jeunesse a confirmé aux jeunes présents qu’il considérait leurs propos et qu’il en ferait écho aux autres députés. http://daveturcotte.org/actualite/intervention-de-dave-turcotte-sur-la-motion-presen/ 

 

Le questionnement stratégique

QSEn partenariat avec l’organisme La Troisième Avenue, nous vous proposons en lecture le contenu d’un de leurs ateliers.

Les écoles mettent en place des mécanismes pour communiquer et résoudre les différends avec les parents. Et les enseignantEs adoptent des pratiques pour entrer en relation avec les parents de leurs élèves et collaborer avec eux. Néanmoins, il arrive fréquemment que des parents dont les enfants se trouvent en difficulté ne parviennent pas à plaider leur cause de manière efficace. Il arrive aussi que des parents ne se sentent pas suffisamment informés des décisions qui peuvent être bénéfiques pour les élèves.

Le questionnement stratégique est une méthode relativement simple. Elle aide les parents à augmenter leurs chances de comprendre et de prendre leur place dans les décisions à l’école. Il s’agit des décisions qui ont des impacts dans la vie et le parcours de leur enfant. Il peut aussi s’agir de décisions qui touchent l’ensemble des élèves ou d’un groupe en particulier.

Développée et enseignée d’un bout à l’autre des États-Unis depuis 1991 par The Right Question Institute, de Cambridge au Massachusetts, cette méthode a été introduite et adaptée au contexte québécois par la Troisième Avenue. L’organisme la transmet aux parents qui sont désireux d’entreprendre une démarche vers l’école.

  1. Me fixer un but précis en prévision d’une rencontre ou d’une réunion à l’école

Les parents clarifient le but qu’elles ou ils désirent atteindre de manière à ne pas le perdre de vue et à augmenter leurs chances d’influencer les décisions dans le sens des besoins de leurs enfants ou de l’ensemble des élèves.

Par exemple :

  • Connaître le motif d’une décision
  • Faire modifier une façon de faire
  • Obtenir de l’aide pour ses enfants

 

  1. Formuler mes questions relatives au processus de décision

Les parents formulent une liste de questions en portant attention aux trois dimensions-clés d’une décision :

  • les fondements de la décision ;
  • le processus menant à la décision ;
  • la place et le rôle des parents dans la décision.

Le but d’une rencontre est avant tout de mieux s’informer auprès de l’école et de se comprendre de part et d’autre. Les questions formulées de manière stratégique permettent que la rencontre aille davantage dans la direction que les parents se sont fixée au départ.

  1. Opter pour les questions les plus importantes

Les parents réfléchissent à l’impact des diverses décisions possibles sur leurs enfants ou sur les élèves de l’école. Elles ou ils classent par ordre de priorité leurs questions. Les parents consignent par écrit les questions les plus importantes à aborder lors de leur rencontre ou de leur réunion à l’école.

 

Information, communication et résolution entre les parents et le personnel et la direction dans les écoles

Avec l’apprentissage et la pratique du questionnement stratégique, les parents :

  • se sentent plus légitimes de se présenter à l’école et de dire leur mot ;
  • communiquent de manière plus structurée et obtiennent plus facilement l’information requise du personnel scolaire ;
  • participent davantage à l’élaboration des objectifs visés par l’éducation de leurs enfants et à leur mise en œuvre ;
  • ont une idée plus juste des mécanismes de communication et de résolution mis en place par les écoles et la commission scolaire.

Pour de plus informations, consultez le http://www.troisiemeavenue.org/

Élections scolaires

Le 23 octobre dernier, nous organisions à l’Espace Lafontaine une soirée d’échange citoyen animé par M. Jean-Pierre Proulx.

Les 3 aspirantes à la présidence de la Commission scolaire de Montréal, Jocelyne Cyr, Christine Fournier et Catherine Harel-Bourdon sont venues nous exposer leurs visions et priorités dans le cadre de cette activité conjointement organisée avec la Troisième Avenue.

Nombreux et nombreuses vous êtes venus exprimer l’importance que nous accordons à l’éducation de nos enfants! Jamais une élection scolaire n’a soulevé autant d’enjeux, et jamais nous n’avions eu l’occasion d’élire directement les présidents de nos Commissions scolaires.

Partenaire

Troisième Avenue